Contact
Feedback

Identification en version inox et IP 69K CLV65x

1 juin 2014

Que ce soit dans les applications en extérieur, par ex. pour la saisie des données des camions de collecte du lait, ou dans les zones humides des laiteries, des abattoirs, des ateliers de découpe, des lignes de remplissage ou des installations de transformation de denrées alimentaires, les lecteurs de codes à barres SICK en boîtier inox résistant IP 69K offrent des performances parfaites, même dans les environnements les plus difficiles.
 

Les nouveaux boîtiers en inox ont été conçus pour les lecteurs de codes à barres des gammes CLV62x à CLV64x de SICK. Leur résistance chimique et leur étanchéité, alliée aux capacités techniques de lecture et d’intégration des lecteurs, garantissent une lecture fiable des codes même dans les environnements difficiles, par ex. lors de la transformation et du conditionnement des denrées alimentaires, l’embouteillage des boissons, ou dans l’industrie pharmaceutique et cosmétique. L’étanchéité du boîtier en inox répond aux exigences de l’indice de protection IP 69K selon DIN 40050-9, les matériaux sont homologués pour le contact alimentaire, et les câbles de raccordement ont été certifiés par Ecolab pour les domaines d’utilisation désignés dans l’industrie agroalimentaire, pharmaceutique et cosmétique.
 

CLV6xx : identification sûre dans les processus intralogistiques

Les lecteurs de codes à barres CLV62x, CLV63x et CLV64x, pour lesquels le boîtier en inox a été conçu, sont particulièrement adaptés aux installations intralogistiques. Leurs principaux atouts sont leur forme compacte, leur fréquence de balayage élevée allant jusqu’à 1 200 Hz, les résolutions adaptées aux applications, leur grande fiabilité de lecture grâce à des algorithmes de décodage intelligents, le paramétrage simple et homogène des fonctions de tri et de filtrage ainsi que le serveur Internet intégré. S’y ajoutent des fonctions étendues de diagnostic à distance et de surveillance en réseau via Ethernet-on-Board, c’est-à-dire sans passerelle Ethernet supplémentaire, les interfaces bus de terrain intégrées telles que Profinet, Ethernet IP, Ethernet TCP/IP ou CAN, et enfin la compatibilité des lecteurs de codes à barres avec le concept d’intégration multitechnologie pour l’identification automatique IDpro de SICK. De plus, les gammes CLV63x et CLV64x sont également disponibles en version à miroir oscillant et couvrent ainsi toutes les situations de lecture que l’on rencontre en pratique. Parce que les scanners laser sont déjà souvent utilisés dans les zones sèches des installations de transformation de denrées alimentaires, d’embouteillage et d’emballage, et parce que les intégrateurs, les constructeurs de machines et les clients finaux apprécient la possibilité d’employer une technique uniforme, SICK a profité du nouveau boîtier inox pour apporter une réponse pratique à leur souhait d’une solution utilisable dans les zones humides.
 

Inox et IP 69K : toutes les performances de lecture dans un boîtier étanche

Dans les domaines d’application concernés, les installations sont régulièrement nettoyées à fond. Les parties et composants des machines, par ex. les barrières optoélectroniques et les scanners laser, entrent alors en contact avec les produits nettoyants. Outre les performances des capteurs, la durée de vie des composants, c’est-à-dire leur robustesse, est décisive. En ce qui concerne le boîtier de protection des scanners laser CLV6xx, cette exigence se traduit essentiellement par deux aspects : la résistance chimique des matériaux et l’étanchéité selon l’indice de protection IP 69K. Ces deux facteurs sont d’égale importance, car les processus de nettoyage « wash-down », c’est-à-dire de lavage au jet ou à haute pression avec des détergents et des désinfectants chimiques, exigent une résistance particulière des composants d’automatisation dans les installations des industries agroalimentaire et pharmaceutique. Le choix du boîtier en inox tient compte de ces exigences. En effet, l’acier inoxydable est extrêmement résistant à la corrosion.

Mais le choix du matériau n’est pas le seul élément décisif : pour obtenir un système solide et étanche, la conception du boîtier est primordiale. La surface en acier inoxydable possède une rugosité de surface très faible, ce qui minimise les risques d’adhérence de restes de produits. Lors du nettoyage d’une installation, les angles lisses et arrondis ainsi que la forme facile à nettoyer du boîtier et des éléments de fixation garantissent l’écoulement optimal des détergents après application, prévenant ainsi l’accumulation de résidus.

La réalisation des surfaces optiques est également cruciale pour l’étanchéité et la résistance du boîtier. SICK a opté pour le polycarbonate, compatible avec le contact alimentaire. Le plastique transparent de la vitre avant se distingue par sa grande solidité, sa résistance aux chocs, sa rigidité et sa dureté. De plus, le polycarbonate est résistant à l’eau, à de nombreux acides minéraux, aux solutions aqueuses de sels neutres et aux composants oxydants que peuvent contenir par ex. les désinfectants alcalins chlorés. Une grande partie des solvants, des huiles et des graisses sont également inoffensifs pour le polycarbonate. Ce matériau présente donc d’excellentes propriétés chimiques et une grande résistance. Les vitres avant utilisées dans les boîtiers en inox de SICK sont également pourvues d’un revêtement anti-rayures qui confère aux surfaces optiques des scanners laser d’intérieur une résistance mécanique remarquable.

 

Aucune infiltration d’humidité

Afin d’éviter toute infiltration d’humidité « par la porte de derrière », c’est-à-dire par le câble de raccordement, SICK a pris des mesures particulières pour assurer l’étanchéité de l’entrée du câble dans le boîtier. Comme le connecteur de l’appareil, celle-ci est protégée par un double manchon de protection. Cette méthode tient compte non seulement de l’effet des produits et des processus de nettoyage, mais aussi de facteurs tels que les variations de température ou de pression, les chocs thermiques, le vieillissement artificiel et les forces mécaniques. En même temps, le joint est conçu pour garantir le passage facile du câble de raccordement lors du montage du scanner laser et pour assurer l’étanchéité vers l’extérieur. Afin de garantir toutes ces performances, les appareils sont soumis à un contrôle qualité intégral avant d’être envoyés aux clients. Les câbles eux-mêmes sont certifiés Ecolab et peuvent être commandés en différentes longueurs, ou échangés en cas d’usure ou de dommages.
 

Disponibilité assurée dans les environnements difficiles

L’alliance du lecteur laser de codes à barres CLV et du boîtier de protection en inox forme un système capable de supporter sans broncher le nettoyage extérieur des installations, par ex. dans les lignes d’embouteillage des brasseries, des laiteries et de la production de boissons, les machines de découpe et de transformation de l’industrie de la viande, les installations de production et d’emballage de pâtes, pâtisseries et autres denrées alimentaires, ou dans l’industrie pharmaceutique et cosmétique. Des facteurs tels que la pression, la durée d’arrosage, la température ou la distance du jet haute pression restent sans influence sur le fonctionnement et la disponibilité à long terme des lecteurs en boîtier de protection, même si le nettoyage est parfois plus intensif que le définit la norme pour l’indice de protection IP 69K à cause d’une reconfiguration rapide des machines, de cycles de nettoyage courts ou de la fin imminente de la journée de travail.
 

Un design professionnel pour les meilleures performances

La mise en œuvre du boîtier inox de protection des lecteurs de codes à barres CLV6xx de SICK exploite tout un savoir-faire issu des branches de la production agroalimentaire et pharmaceutique et du conditionnement de boissons. Cette solution se distingue également par son professionnalisme en termes de choix des matériaux, de forme des appareils et de fonctionnalité. Le lecteur et son boîtier de protection sont parfaitement adaptés l’un à l’autre. Si l’on additionne le coût des matériaux, des machines et de la main-d’œuvre, on constatera que ce boîtier « wash-down » est en outre nettement plus économique qu’une solution conçue à façon. 

Liens directs
 

Communiqué de presse

Vers le haut